Japon, la recherche de la poudreuse infinie

Par Audrée Vaillancourt

Bon, je sais que j’utilise habituellement mon blogue pour raconter des aventures de vélos, mais Sports aux Puces, ils vendent aussi des skis et snowboards! Donc, j’utilise ce medium pour vous raconter mon périple de ski/snowboard au pays de la Japow (contraction de Japon et pow, soit poudreuse. Juste rectifier les faits importants pour que tous partent du même point!).

Le Japon est de plus en plus prisé des skieurs comme étant le paradis de la poudreuse, de la neige sans fond. Je dois le dire, je ne suis pas une très bonne chasseuse de neige. Je trouve ça stressant. Je ne suis jamais au bon endroit au bon moment. J’ai tout le temps le Fomo (Fear of missing out). Mais c’est compliqué de skier de la poudreuse si tu n’as pas un horaire atypique! De nos jours, on dirait qu’il neige toujours le mercredi et qu’il pleut le jeudi ou vendredi. Pour être sûr qu’il n’y ait rien de beau à skier la fin de semaine. J’ai fait beaucoup plus de voyages de bike que de voyages de ski. Je me disais que tant qu’à en faire un, je voudrais aller au Japon pour être sûre de « scorer »! Et pour scorer, on a scoré! Janvier 2019 était un peu sec au Québec. Mes ami(e)s Gen, So et Jo m’ont invité à se joindre à eux en novembre passé alors que j’organisais déjà un voyage d’escalade. Après y avoir pensé 24 heures, je me suis dit « YOLO sti! », on n’a qu’un vie à vivre!

Nosawa Onsen, le début du rêve

Après un vol de 13 heures entre Montréal et Tokyo, nous voilà plein d’espoir de pouvoir dévaler les pistes dès le lendemain, nos 14 heures de décalage horaire bien inscrites sous nos yeux. Notre vol parti avec 3 heures de retard de Montréal fait en sorte que nous ratons les trains que nous avions prévu prendre. Coincé à Nagano à plus d’une heure de route de notre hôtel, Geneviève nous négocie un taxi avec son Google Translate. Elle parle déjà le japonais. Si vous avez un mot à retenir, ce serait « jumbo taxi ». Je ne sais pas si c’est japonais, mais c’est ce qui nous a permis de nous rendre à Nosawa Onsen (https://nozawa-onsen.com/) le premier soir et skier la meilleure poudreuse de notre vie de lendemain! Nous avons aussi eu nos premiers contacts avec le peuple japonais: serviable, poli, discipliné, ponctuel. Quelques bonnes notes à prendre pour nous les petits québécois!

46DD6CD6-8D11-4A2A-BC5F-B3C51712AF61DAA4ACF9-4CA1-4F02-91D7-197B200317EA

Donc le lendemain, neige à la taille, qui te rentre dans le nez, dans la bouche. Le paradis quoi! Ce qu’on aime des japonais aussi, c’est que très peu d’entre eux skient la poudreuse. Merci. On aime bien ne pas se battre avec nos hôtes! La quantité de neige qui tombe à notre première semaine est impressionnante. En ski, nos traces se couvrent à mesure! On comprend vite l’utilité des parapluies laissés près des portes, même en hiver.

8A84DE65-0C90-4DB1-9248-5A681FFE71B6

Au pays de la poudreuse, il peut neiger de 10 à 12 mètres par année, ce qui se traduit avec des tempêtes de parfois 8 cm à l’heure. Il semble y avoir deux types de météo: tempête de neige, sans visibilité, environ -8 degrés celcius ou ciel bleu, gros soleil, neige qui fond, environ -2 degrés celcius. Notre journée de gros soleil, on en profite pour aller en touring pendant que les japonais déneigent leurs toits. En fait, on fait du slack country. Pour les néophytes, on part de la chaise la plus haute pour aller explorer le hors piste. 

4685FE37-AD1C-4BDA-B34B-64C194FBE6A8

40D6ED1D-CB16-401E-B638-9669B9A4C106

AA0A932F-907E-4D50-9EE6-EC34CDBD76A3

En passant, les rues sont chauffantes, donc pas de déneigement requis! Nous quittons Nosawa Onsen après une semaine. Faut dire que nous avons un peu le coeur gros de quitter cet endroit. Non seulement il fait tempête aux deux jours, mais nous apprécions beaucoup le village. Deux minutes à pied de notre hôtel pour se rendre à la remontée mécanique, des »fresh tracks » à la journée longue, plusieurs restaurants et café à distance de marche. Nous maîtrisons les onsens, ces bains extrêmement chauds provenant de sources naturelles où l’on s’y baigne nu après une journée de ski (hommes et femmes séparément quand même!). Et nous maîtrisons, non sans difficulté, les différentes pantoufles pour la maison: les brunes dans l’entrée, les blanches pour le reste de la maison, SAUF dans les toilettes où bien évidemment l’on porte les pantoufles rouges avec l’inscriptions toilettes (ouf!). À vos risques si vous vous trompez. Pour ma part, j’ai été un peu traumatisée de me faire chicaner en japonais!

22499DFD-0D04-447A-84FD-0079AD3D18A2

86D77723-B400-4501-942B-5BBE7906BBFF

La Vallée d’Hakuba, les montagnes aux jambes molles

À notre deuxième semaine, nous découvrons la Vallée d’Hakuba (http://www.hakubavalley.com/en/ski_resort_info ), le lieu du déroulement des épreuves de ski des Jeux Olympiques de Nagano en 1998. Six montagnes se trouvent dans la vallée, accessibles avec des navettes. Nous avons un peu moins de neige cette semaine là et plus de combats à livrer avec les autres touristes pour être les premiers à la skier. Mais notre fait saillant est sans aucun doute nos sortie en hors piste, à un peu plus de 2500 mètres d’altitude, à skier de gros bols blancs! Ça donne des papillons et les jambes un peu molles. Des paysages qui restent gravés en mémoire longtemps!

A704BAD8-19EF-498B-A4B4-797652F30AB4

 

91C8A608-27DE-4FDE-BF19-5B0747BA844C

1D727D95-0E70-4CD6-8EF9-99BB51C9CD82

Parmi nos coups de coeur du Japon, on ne peut passer sous silence la gastronomie. Et le saké.  Soba, udon, sushi, soupe ramen, boeuf wagyu ($$$!), edamame. Poisson et riz au déjeuner, coeur sensible, vous trouverez tout de même des déjeuners plus type nord-américain ou européen. Les lunchs à la station sont… humm, miam! On prenait même le temps de dîner dans nos « powder days », c’est pour vous dire comment les repas sont bons et que la neige est à volonté!

D6E1461B-60FE-4931-BEBC-CD967FB8C4D9

Autre coup de coeur du Japon: les toilettes aux sièges chauffants. Vous voudrez toujours vous assoir sur le siège, toilettes publiques ou non. Il y a tellement de pitons, mon préféré étant celui qui fait un bruit de chute pour les besoins gênants dans les toilettes publiques! Et bien sûr, un passage dans la ville la plus populeuse du monde s’impose: Tokyo.  Le Japon est un pays très développé, en quelques sortes semblable au nôtre. Une différence culturelle majeure s’y fait tout de même sentir, en commençant bien sûr par la barrière de la langue. En effet, le Japon est loin d’être bilingue anglophone et il peut être difficile de s’y faire comprendre dans la langue de Shakespeare en dehors des lieux touristiques. Bref, la Japon c’est la découverte de l’Asie civilisée, disciplinée et qui croule sous la neige à notre plus grand bonheur!

106AB526-63D8-4EF9-8A95-DDDDF7DDAE00

 

IMG_1762
Par Audrée Vaillancourt Sports aux Puces Longueuil

Catégorie lié : En vedette, Hiver, Non classé, Ski Alpin, Ski de Haute-Route